Poseidonia-Paestum

Excursion à Paestum depuis le gîte rural Masseria La Morella

Paestum (également italianisé en Pestum) est le nom romain de l’ex-colonie grecque appelée Poseidonia. Poseidonia-Paestum est à ce jour le site archéologique gréco-romain le plus important au sud de Naples et parmi les mieux conservés de toute la Magna Graecia. Il est possible de rejoindre les temples et les musées de la zone de Paestum depuis le gîte rural Masseria La Morella en environ 35 minutes de voiture, ou alors en train (15 minutes environ, depuis la gare de Battipaglia). Dans le cadre d’une excursion d’une journée entière, la visite du site archéologique et des musées de Paestum peut être couplée avec une visite des bourgs médiévaux et de la côte du territoire de Castellabate ou d’autres sites à l’intérieur du Parc National du Cilento.

Ferme près Paestum

Paestum a constitué au cours des siècles passés une étape incontournable du fameux Grand Tour, comme l’a rapporté Goethe, qui l’a décrite comme « la plus splendide vision que j’emporte dans le Nord ». Pour des raisons difficiles à comprendre, la notoriété de ce site, est aujourd’hui largement inférieure à sa beauté. Contrairement à d’autres sites archéologiques de Campanie, comme les très célèbres vestiges de Pompéi et d’Ercolano qui sont entièrement englobés dans la zone métropolitaine de Naples, la zone d’où ont surgi les temples est restée intacte et fournit un cadre idéal pour une longue promenade au milieu des trésors archéologiques. Ces temples sont parmi les plus beaux exemples d’architecture grecque et les mieux conservés à ce jour. Les éléments incontournables de la zone archéologique de Paestum sont le Temple de Neptune et le Musée Archéologique, qui contient des chefs d’oeuvre de l’art grec, lucanien et romain. Un magnifique exemple de pièces archéologiques des environs réside dans les fresques de la fameuse Tombe du Plongeur.

Près de l’espace occupé par le Forum se trouve l’Amphithéâtre romain, de plein pied, avec un mur en terrasse. Il fut construit à la moitié du Ie siècle ap. J.C. et un siècle plus tard il fut agrandi avec un portique sur piliers pour garantir plus de places assises dans les gradins. En 1829, il fut malheureusement coupé en deux par la route borbonica, ex S.S. 18 pour les calabrais, qui traverse toujours le site. A côté du Forum, au Nord, se trouve une vaste zone destinée probablement à l’exercice physique : au centre il y a une grande natatio, une piscine datée de la première moitié du Ie siècle av. J.C., avec une installation probablement destinée à l’élevage de poissons, sur le modèle de celles des villes maritimes de la région de Naples.

Contemporain du Parthénon d’Athènes, c’est le plus récent, le mieux conservé et l’exemple le plus significatif du style dorique de la Magna Graecia. Le nom sous lequel il est connu lui a été attribué par les voyageurs du Grand Tour, tandis que des recherches archéologiques ont démontré que tout le sanctuaire méridional, dont fait également partie la Basilique, était dédié à Héra, déesse protectrice de la cité, comme l’atteste également le sanctuaire proche de l’embouchure du Sélé – parmi les offrandes votives récupérées lors des fouilles, de nombreuses statuettes d’argile de la divinité et de ses attributs, comme le grenadier, devenu sous l’ère chrétienne le symbole de la Madonna del Granato, qui se dresse non loin du site archéologique de Paestum. Le Temple de Neptune est un périptère avec six colonnes sur la façade et treize sur les côtés longs. La cellule ou naos interne accueille la statue votive et n’était accessible qu’au seul personnel du culte; elle est précédée de deux antichambres, le pronao à l’est, accessible depuis le naos, et l’opisthodome, accessible seulement par l’entrée secondaire à l’ouest. Le toit à deux versants était soutenu par une double rangée de colonnes internes.

Il est également connu sous l’appellation traditionnelle erronée de Temple de Cérès. Second dans l’ordre chronologique (fin du VIe siècle), c’est un périptère dorique avec six colonnes sur la façade et treize sur les côtés, mais, ceci entraîne un mélange de styles, avec le pronao caractérisé par la présence de deux colonnes ioniques, conservées au Musée Archéologique National et parmi les quelques exemples rescapés de ce style utilisé dans la Magna Graecia. Le Temple se dressait au centre d’un petit sanctuaire, dédié à Athéna, d’où ont été extraits des vestiges de l’autel, avec le puits sacrificiel, et des fondations de deux autres autels, la base d’une colonne votive et une colonne votive qui s’élève au nord-est de l’entrée principale et qui, vu l’entasis accentué et le profil de l’échine, daterait de la moitié du VIe siècle av. J.C. Ceci prouverait qu’elle est sensiblement plus ancienne que le Temple d’Athéna. De sa décoration architecturale en grès sont parvenus, en bon état de conservation, une partie d’un trèfle, un élément de la corniche de couronnement de la frise et différents blocs de la sima avec les avant-toits à tête de lion en relief sur un fond de palmettes et de fleurs de lotus profondément incisés, tels qu’il réalisent un vif effet chromatique sous l’action de la lumière solaire. Ces pièces sont toutes conservées au Musée Archéologique National.

POSEIDONIA-PAESTUM: L’HISTOIRE ET LES TEMPLES

Poseidonia fut fondée par les achéens de Sybaris, près de l’embouchure du fleuve Sélé, à la fin du VIIe siècle av. J.C., et dédiée à Poséidon. Elle tomba aux mains des Romains en 273 av. J.C. qui la rebaptisèrent Paestum. Au IXe siècle ap. J.C., en raison des invasions sarrasines le long de la côte tyrrhénienne, elle tomba en déclin et fut abandonnée. Elle fut redécouverte au cours du XVIIIe siècle.

Classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1998, elle se distingue par ses trois temples doriques – la Basilique ou Temple d’Héra (moitié du VIe siècle av. J.C.), le Temple de Cérès ou Temple d’Athéna (début du Ve siècle av. J.C.) et le Temple de Neptune ou Temple d’Héra (moitié du Ve siècle av. J.C.) – et ses murs d’enceinte monumentaux qui encerclent intégralement la cité antique sur presque 5 km, exemple unique dans toute la Grèce et la Magna Graecia de vestiges aussi bien conservés. Les fouilles ont en outre mis à jour le forum et les villas romaines, l’amphithéâtre et le temple d’Asclépios, ainsi que les monuments de l’agora grecque, comme l’ekklesiasterion et la tombe du héros fondateur. Le Musée Archéologique National conserve des pièces archéologiques provenant de la cité antique et de son territoire, comme des pierres tombales peintes lucaniennes et la très célèbre Tombe du Plongeur, un exemple unique de peinture grecque du Ve siècle av. J.C., des offrandes votives en terre cuite, des fragments architecturaux et des sculptures.

Vous cherchez une ferme près de Paestum?